lundi 16 janvier 2012

IMPACT DES TIC DANS L'EDUCATION

            Bernadette Charlier en collaboration avec jean NIZET et Denise Van Dam se propose dans les differents articles à developper une reflexion sur l’usage de nouvelles technologies de l’information et de la communication de leur ouverture à l’environnement ainsi que leur capacité d’innovation et de changement. Il s’agit en fait pour eux de faire une analyse dont l’étudiant exploite les instruments. Aussi vont-ils s’interesser à un groupe de jeunes. C’est à cette analyse qu’ils convient le lecteur en suivant le parcours de Stéphane et de Gilles. Pour ce faire, leur étude va reposer sur trois points :
1.                  1-     La description du dispositif administratif et l’identification des dimensions pédagogiques.
2.                  2-  Caractériser Stéphane et Gilles avant la formation et leurs caractéristiques individuelles
3.               3-  Comprendre comment chacun d’eux interprète le dispositif administra et comment cette interprétation évolue avec le temps.
Qu’entendons-nous par administra ? Administra regroupe deux programmes de gestion, l’un de premier cycle (d’une durée d’un an) et l’autre de second cycle (d’une durée de deux ans) ces deux programmes réunis accueillent chaque année une clientele de quelque deux mille étudiants. Ils constituent ainsi l’orientation d’études la plus fournie d’une université nord-américain qui s’est spécialisée depuis de nombreuses années dans les cours à distances.
Le rôle des enseignants est celui de concepteur des cours, alorsque les tuteurs sont engagés et rémunérés pour corriger les devoirs. Les étudiants quant à eux s’inscrivent à administra pour les matières qu’ils désirent suivre. Ils reçoivent le matériel adéquat pour les matières qu’ils désirent suivre. Aussi un soin particulier est attaché aux objectifs et aux activités professionnelles des étudiants. Les cours sont revus toutes les cinq années surtout les cours touchant le domaine de la fiscalité. Cependant administra utilise relativement peu de nouvelles technologies que ce soit pour la diffusion des cours ou pour sopporter la communication.
D’après les concepteurs, les étudiants ont encore peu accès à des ordinateurs et à internet. Ils sont considérés comme des personnes autonomes souhaitant peu la communication. Les étudiants doivent étudier par eux-mêmes sans pour autant être suivis par un tuteur avec lequel ils peuvent échanger partéléphone ou par courrier électronique. Comment l’étudiant appréhende une situation d’apprentissage ?
Une approche en surface correspond à un essai de mémorisation et de mise en relation du matériel à apprendre avec un test ou un examen une approche en approche en profondeur correspondant quant à elle à une tentative de compréhension du matériel à apprendre et de mise en relation avec d’autres connaissances. Les caractéristiques des dispositifs de formation permettent d’accompagner chez l’étudiant le developpement d’une approche d’apprentissage en profondeur ont été mise mise en évidence par Entwistle et ses collègues. Elles se définissent ainsi qu’il suit :
Ø  La liberté laissée à l’étudiant de négocier son parcours de formation.
Ø  De la qualité de l’information et de l’accompagnement fournis à l’étudiant pour s’orienter.
Ø  De la flexibilité temporelle et de bien.
Ø  De l’explication des activités à réaliser et des modalités de leur réalisation.
Ø  D’une adaptation de la charge des modalités de travail.
Ø  De la qualité des ressources didactiques offertes supposant une structure explicite présentant les objectifs et les concepts clés ainsi qu’une définition claire.
Ø  Du sens des tâches demandées en particulier leur authenticité et leur articulation possibles avec les pratiques des étudiants.
Ø  De la cohérence du dipositif c'est-à-dire l’articulation possible avec les pratiques des étudiants.
Ø  Des TIC comme espaces d’apprentissage.
Ø  Du rôles des pères et des formateurs.
Ø  De la régulation du dispositif tenant compte des expériences vécues par les étudiants.
Par ailleurs, l’auteur du document nous relate les expériences vécues par deux jeunes à savoir : Gilles et Stéphane. Gilles parle de son expérience celle qu’il a vécue avec son entreprise de toiletage pour chiens tandis que, Stéphane a eu une expérience autre dans le domaine de l’administration qui fait partir de son projet. Gilles est touché par la gestion des opérations et de la production.
Quant à Stéphane, il souligne à quel point, il manque d’expérience dans le domaine de l’administration.
Un autre article écrit par Jacques Wallet de l’université de Rouen dans un article : les NTIC vues du côté des sciences de l’éducation. Jacques Wallet pense que les sciences de l’éducation ne peuvent prétendre à une unicité sur la question vive de la recherche en TIC.
Des chercheurs menés à l’INRP au sein de TECNC montrent le non-usage des TIC Lary Cuban dans un article recent vient confirmer ce point de vue. Il affirme avec chiffres à l’appui en illustrant par cet exemple : aux Etats-Unis dans les établissements bien équipésen informatique deux enseignants sur dix sont utilisateurs très occasionnels, enfin quatre ou cinq ne l’utilisent jamais.
Le débat sur les NTIC à l’école est largement mené en dehors de celle-ci. Les nouvelles technologies et particulèrement intrnet sont à la mode.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire